Sauter au contenu principal
in Non classé

Pourquoi des masques d’Offenburg ont-ils été distribués en Syrie et au Kenya ?

WINTEX Apparel a fait don de 100 000 masques à Konstantin Witschel, originaire d’Ortenberg.

Un article de presse avec une répercussion très positive : le 14 novembre 2020, le journal Offenburger Tageblatt a publié un article détaillé sur le travail de Konstantin Witschel, originaire d’Ortenberg et ancien diplômé de Schiller, dans sa page Rebland. Ce docteur en sciences politiques travaille depuis janvier 2020 comme coordinateur pour la Syrie pour la Deutsche Welthungerhilfe depuis l’antenne turque de Gaziantep.


Décision à court terme
Caroline Wöltge avait elle aussi lu l’article sur son ancien camarade de classe au lycée Schiller et décidé à court terme de soutenir le travail et l’engagement de Konstantin Witschel. Et Wöltke pouvait aider, car avec son père Thomas Winnen et son frère Louis Winnen, l’ancienne élève de Schiller dirige la société Wintex Apparel GmbH, basée à Offenburg. À l’origine, l’entreprise, qui existe depuis 1998 et dont le siège se trouve dans la Rammersweierstraße, produit et distribue des vêtements de protection pour les autorités et les institutions.
La production se fait dans sa propre usine en Tunisie, qui emploie 600 personnes. Depuis le début de la pandémie, l’entreprise familiale a décidé de produire également des masques FFP2, mais directement dans les environs du site de l’entreprise. Depuis septembre dernier, la société Wintex a donc son propre site de production de masques FFP2 dans la zone industrielle d’Ohlsbach, qui emploie actuellement 90 personnes. « Après avoir consulté mon père et mon frère, nous avons décidé de faire don de 100 000 masques FFP2 certifiés à la Welthungerhilfe », explique la directrice. En décembre dernier encore, Wöltke a informé son ancien camarade de classe du don de masques. « J’ai été très heureux de ce don généreux, car les masques sont très rares et peuvent être utilisés à tous les coins de rue pendant la pandémie », explique Witschel.


En Syrie et au Kenya
L’actuel coordinateur pour la Syrie était auparavant actif au Kenya et y connaît les conditions et les exigences actuelles. C’est pourquoi Witschel a décidé de répartir le don de masques d’Offenburg entre les deux pays : « 50 000 masques FFP2 vont au Kenya et 50 000 masques seront distribués personnellement en Syrie et dans la région frontalière », explique Konstantin Witschel.

Entre-temps, les dons de masques d’Offenburg sont arrivés par conteneur au Kenya ainsi qu’à la frontière syrienne. Konstantin Witschel a déjà pu remettre 13 000 masques à l’Indepentent Doctors Associaton (IDA). « Nous sommes heureux de pouvoir apporter notre aide ici », explique le chef senior Thomas Winnen, dont l’entreprise a déjà fait de nombreux petits dons de masques aux crèches et aux écoles de la région pendant la pandémie.